Belle réussite pour le nouvel assassin

Le héros d'Assassin's Creed 3, en embuscade dans les ruelles du vieux Boston

Le héros d’Assassin’s Creed 3, en embuscade dans les ruelles du vieux Boston – Source : Ubisoft, 2012

Les aventures de Connor Kenway, troisième héros de la saga vidéoludique Assassin’s Creed développée et éditée par Ubisoft, donne un nouvel élan à la franchise. Mais les nombreux bugs gâchent un peu le plaisir…

Comme de nombreux fans de la série commencée fin 2007, j’attendais d’Assassin’s Creed 3 un véritable renouveau. Et je ne fus pas déçu. Les nouveautés de gameplay élargissent encore les possibilités et la durée de vie du titre, sans diluer l’action et la riche histoire qui lui servent d’ADN. Mais tout n’est pas encore parfait. Deux mois après sa sortie, verdict sur XBox 360.

L’histoire
Le combat séculaire entre la secte des assassins et l’ordre des templiers se poursuit jusque sur le nouveau continent. Au début des années 1770, un jeune métis idéaliste met à profit ses relations avec les colons indépendantistes et son ascendance indienne pour dispenser sa propre justice aux forces loyalistes britanniques. À Boston, New York et dans les forêts avoisinantes, Ratonhnhaké:ton/Connor traque et trucide ceux qui représentent à ses yeux des obstacles à la liberté de l’être humain, ainsi qu’à la survie de son peuple mohawk. Fidèle à la généalogie de la série, AC3 mêle avec brio les faits et personnages réels à la fiction. Une immense base documentaire permet de comprendre dans les détails chaque élément historique.
Le scénario de l’aventure, très foisonnant en rebondissements, promet de belles surprises.

Nouvelles fonctionnalités
Fini les rentes de seigneur d’Ezio Auditore, héros des trois derniers volets. Connor doit désormais gagner sa croûte en installant des artisans sur son domaine, en les aidant à progresser et en achetant leurs produits à moindres coûts afin de les revendre avec une marge dans les villes ou comptoirs commerciaux voisins. Le joueur dispose pour cela d’un système d’artisanat au catalogue impressionnant. Plusieurs dizaines d’objets peuvent être fabriqués puis utilisés, vendus ou recombinés entre eux.
Autre nouveauté : la chasse renforce le versant infiltration de la série. Au collet ou à l’arc, avec appâts ou au poignard, le jeune Kenway peut zigouiller castor, lièvres, élan, lynx, ours, etc. Une quinzaine d’espèces réparties par zones apportent peaux, viande et autres ingrédients.
Enfin, très attendue et plutôt jouissive, l’escalade des arbres et les déplacements de branche en branche apportent une sacrée fluidité aux poursuites.
Ajoutons à cela de nouvelles armes, le cycle des heures, saisons et intempéries, d’épiques batailles navales au canon et l’abandon bienvenu de quelques mécanismes un peu lourdingues.

Graphismes et animation
Rien de très innovant de ce côté. Le moteur du jeu, identique depuis le premier opus, continue de remplir son rôle, mais atteint progressivement ses limites. Si les environnements sont magnifiques et très soignés, moins répétitifs et mieux composés, l’animation aujourd’hui maladroite des personnages et les nombreux bugs de texture, de collision et de validation des points de passage restent très frustrants. La faute à une sortie peut-être prématurée du jeu. La mise en vente fin novembre d’Hitman Absolution, seul concurrent direct d’AC, y est peut-être pour beaucoup.

Verdict : Assassin’s Creed 3 est un jeu grand public, très facile dans l’ensemble. Certaines missions donneront cependant du fil à retordre aux joueurs les plus perfectionnistes, comme moi. Par sa narration et la diversité de ses défis, il constitue un excellent divertissement doublé d’une approche historique toujours aussi prenante. Mais les limites techniques de la franchise commencent à se faire sentir. Enfin, le dénouement de l’histoire de Desmond Miles, pendant contemporain des différents héros de la série depuis le premier volet, est une vraie déception à mes yeux.

Fiche d’identité:
Assassin’s Creed 3
Développé et édité par Ubisoft
Sorti le 31 octobre 2012
Disponible sur XBox 360, PS3, Windows PC et Wii U.
Compter 50 à 60h pour finir complètement le jeu solo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>