La fille de l’air… et du sang

Nick Dunn (Ben Affleck), visiblement très affecté par la disparition de son épouse Amy (Rosmund Pike)... - Source : 21st Century Fox

Nick Dunn (Ben Affleck), visiblement très affecté par la disparition de son épouse Amy (Rosmund Pike)… – Source : 21st Century Fox

Le dernier film de David Fincher, Gone Girl, est à la fois un haletant film à suspens, une satire très acide du couple et de la société des médias, et un marivaudage absurde apportant un humour libérateur bienvenu. C’est aussi l’occasion de retrouver l’acteur Ben Affleck dans un rôle sur mesure, et de contempler le talent époustouflant de Rosamund Pike en épouse disparue et terrorisée.

Adapté du livre Les apparence (2012) de Gillian Flynn, et scénarisé pour le grand écran par cette dernière, Gone Girl est glaçant, sanglant, brutal et machiavélique, toujours surprenant et heureusement drôle. Il narre la disparition d’Amy Dunn, une belle jeune femme issue d’un milieu aisé résidant dans la petite ville de North Carthage dans l’Etat américain du Missouri, et suit l’enquête de police se resserrant progressivement autour de son époux, Nick Dunn, à l’encontre duquel les preuves s’amoncellent bien aisément…

David Fincher, connu pour Alien 3, The Game, Seven, Fight Club et plus récemment The social network ou l’adaptation américaine de Millenium, prouve une nouvelle fois grâce à Gone Girl son talent de metteur en scène et sa maîtrise du thriller. Il installe le spectateur au centre d’un magnifique mécanisme, comme une machine luisante et robuste en apparence infaillible. Puis, par petite touches, il sabote la bonne marche de cet ouvrage et nous invite à admirer la distorsion des ressorts et le chaos qui en résulte.

Soif de sordide
Il parvient à nous rendre voyeurs de l’intimité d’un couple en faillite sans vulgarité, mais avec un formidable cynisme qui tourne le drame en farce subtile. Le récit n’épargne personne, et particulièrement pas « les gens », la population de North Carthage incarnant chacun d’entre nous, girouette à la merci des médias racoleurs et victimes consentantes de ces fameuses Apparences.

Les interprètes sont admirable. Ben Affleck, futur Batman à l’écran et beaucoup moqué ces dernières années pour son apathie chronique dans chacun de ses rôle, est ici semblable à lui-même mais pour le meilleur. Rosamund Pike, révélé au grand public en 2002 par son rôle de bad James Bond girl dans Meurs un autre jour (un des plus mauvais opus de la série), est la véritable star du film, maîtresse de tous les rebondissement. Enfin, Tyler Perry, Carrie Coon et Kim Dickens incarnent avec brio des personnages secondaires très attachants. En revanche, Neil Patrick Harris, le célèbre Barney Stinson de la série How I met your mother, semble parachuté dans le mauvais registre.

Gone Girl
de David Fincher
avec Rosamund Pike, Ben Affleck, Neil Patrick Harris
149 min
sorti le 8 octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>