La note salée de la campagne étasunienne

Dessin : Etienne Burkel. Reproduction interdite sans accord écrit.

Si la campagne présidentielle américaine de 2012 ne fut que la deuxième plus chère de l’histoire des États-Unis, et donc du monde (2,6 milliards de dollars environ, contre 2,8 en 2008, selon le Center of Responsive Politics*), la question de l’argent fut bien sûr présente tout au long de ces longues semaines de suspens.
Notamment parce que l’Histoire à montré que le candidat doté du plus important magot de campagne remportait toujours le scrutin, ce qui s’est encore vérifié cette année. Et que si Barack Obama n’est pas à plaindre avec une fortune personnelle évaluée entre 2,6 et 8,3 millions de dollars, essentiellement issue des droits d’auteurs de ses livres, Mitt Romney serait quant à lui assis sur un trésor de près de 250 millions de dollars. Pas idéal pour draguer l’américain moyen, touché de plein fouet par la crise, faisant partie de ces 47 % d’assistés qu’il décriait tant…

Sources : AFP, Le Figaro, Le Monde
*CRP : centre indépendant d’étude sur les flux financiers en politique aux États-Unis

4 réflexions au sujet de « La note salée de la campagne étasunienne »

  1. MORTEL ton dessin ! Je trouve ça génial que le mec ait poussé le ridicule jusqu’à laisser ses fans en galère au moment d’une défaite attendue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>