Montaigne, l’ADEME et les poubelles qui parlent

Portrait présumé de Montaigne.
Source : domaine public

Je recherchais ce matin une accroche amusante afin de présenter la nouvelle campagne de la région Île-de-France pour la diminution de nos déchets.

La première phrase qui m’est venue est celle-ci : « Mieux vaut une poubelle bien faite qu’une poubelle bien pleine ». J’ai souri de satisfaction à l’idée d’étaler ma gigantesque érudition de manière si désinvolte sur une anodine brève en ligne. Puis le remord m’a pris. J’ai songé à Michel et à la tête qu’il ferait s’il m’entendait penser.

Alors j’ai décidé de lui rendre justice : je suis retourné à la source pour mieux connaître le contexte du célèbre aphorisme.


Michel Eyquem de Montaigne (1533-1592), grand érudit et homme politique français de la Renaissance, écrit dans son unique ouvrage Essais (1580-1588) :

A un enfant de maison, qui recherche les lettres, non pour le gaing (car une fin si abjecte, est indigne de la grace et faveur des Muses, et puis elle regarde et depend d’autruy) ny tant pour les commoditez externes, que pour les sienes propres, et pour s’en enrichir et parer au dedans, ayant plustost envie d’en reussir habil’homme, qu’homme sçavant, je voudrois aussi qu’on fust soigneux de luy choisir un conducteur, qui eust plustost la teste bien faicte, que bien pleine : et qu’on y requist tous les deux, mais plus les moeurs et l’entendement que la science : et qu’il se conduisist en sa charge d’une nouvelle maniere. (Essais, Livre I, chapitre 26)

Montaigne donne ainsi sa préférence à l’intelligence plutôt qu’à l’encyclopédisme, c’est-à-dire à la capacité de bien comprendre plutôt que de tout savoir, car « Sçavoir par coeur n’est pas sçavoir : c’est tenir ce qu’on a donné en garde à sa memoire« . Et c’est au précepteur du jeune homme riche attiré par les lettres qu’il réclame cette disposition d’esprit. Celui-ci doit tantôt « lui ouvrir le chemin », et « tantôt lui laisser ouvrir », comme Socrate le faisait avec ses disciples, ne s’exprimant qu’après eux pour leur proposer une autre approche, un autre point de vue.

Voici donc pour l’hommage rendu aux pensées d’un grand homme. Concernant la campagne de la région, en partenariat avec l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), il s’agit de 3 spots vidéo très bien pensés que je vous conseille de visionner sans attendre.
Bonjour chez vous.

Source : les clips vidéos de la région Île-de-France pour la semaine européenne de la réduction des déchets, en partenariat avec l’ADEME, sur le site de l’ORDIF (Observatoire régional des déchets d’Île-de-France).
Épisode 1 : à la maison
Épisode 2 : au bureau
Épisode 3 : dans la rue

5 réflexions au sujet de « Montaigne, l’ADEME et les poubelles qui parlent »

    • Il me semble que les deux premiers livres n’ont pas connu de modifications profondes d’une édition à l’autre. À vérifier… Ils ont été écrits en 1572-1573, et figuraient donc dans la première édition de 1580, et les suivantes, jusqu’à l’édition posthume de 1595.

  1. Trop bling bling le collier de Montaigne :D !
    ça faisait longtemps que je n’avais pas lu du vieux français avec son style et son orthographe particulier. On remarque que l’accent circonflexe nous a fait du bien :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>