Retour en Terre du Milieu

 

Les 13 nains du film Le Hobbit : un voyage inattendu, Warner Bros. 2012

Dans le premier volet de sa nouvelle trilogie, le réalisateur Peter Jackson s’attaque à la célèbre œuvre du romancier britannique John Ronald Reuel Tolkien The Hobbit (Bilbo le hobbit, en français). Un divertissement confortable mais sans éclat dans l’univers du Seigneur des anneaux.

Près de 10 ans après la sortie du troisième volet cinématographique du Seigneur des anneaux (Le retour du roi, 2003), le metteur en scène néo-zélandais retourne dans les vertes pâtures de la Comté et les cimes enneigées de la terre du Milieu pour suivre la jeunesse du personnage de Bilbo, déjà présent dans les trois longs-métrages précédents.

Un univers plus enfantin
Cette nouvelle trilogie est une adaptation du premier ouvrage rédigé par Tolkien en 1937. Destiné à un jeune public, The Hobbit a posé les bases de l’univers fantastico-médiéval qui marquera l’ensemble des écrits de l’auteur et qui s’inspire largement des mythologies scandinaves et germaniques.

Dans Le hobbit : un voyage inattendu, pas de grand bouleversement par rapport aux trois films précédents. Le spectateur retrouve l’univers et quelques personnages marquants du Seigneur des anneaux, reçoit déjà quelques clefs pour l’intrigue et l’aventure à venir : celle d’une compagnie hétéroclite de nains, menée par l’héritier déchu du trône, le fier Thorin Écu-de-Chêne. Les 13 compère s’associeront avec le magicien Gandalf afin d’essayer de reconquérir leur royaume perdu plusieurs décennies auparavant, au profit du farouche dragon Smaug. L’invité surprise et héros de cette compagnie est le jeune Bilbo Sacquet, hobbit aux aspirations bien plus exotiques que la plupart de ses congénères.

Les bonnes vieilles recettes
Elfes, orques, gobelins, créatures de la forêt et même le très perturbé Gollum sont de la partie. Et si les décors et costumes sont toujours aussi magnifiques, les univers très léchés et le scénario admirablement agencé, le spectateur ressentira peut-être une certaine déconvenue du fait du manque de renouvellement. Le ton est certes plus léger, le propos moins pesant et l’ensemble de l’aventure davantage tournée comme un divertissement qu’une ample fresque historique, mais décidément rien de nouveau à l’est de Bree.
On soulignera tout de même la prestation de Martin Freeman, bien plus sympathique en Bilbo que le très crispant Frodo interprété à l’époque par Elijah Wood. Ce voyage inattendu, dont les deux suites sortiront vraisemblablement en 2013 et 2014, est donc plus convenu qu’il n’y paraît, mais reste un excellent divertissement pour les amateurs du genre. À voir sur grand écran.

 

Le Hobbit : un voyage inattendu
de Peter Jackson
avec Martin Freeman, Ian McKellen, Richard Armitage…
sorti le 12 décembre 2012 en 3D ou non
durée : 2h45

Une réflexion au sujet de « Retour en Terre du Milieu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>