Soda

Martin Fermant

Martin s’arrêta devant la terrasse à moitié vide et contempla pensivement la table libre la plus proche de lui. Il fronça les sourcils, fit la moue et s’apprêta à repartir. Il s’arrêta de nouveau, consulta sa montre et hésita encore deux secondes avant de s’asseoir.
L’air était frais, le soleil timide depuis plus d’une semaine. La terrasse était un luxe au regard des semaines pluvieuses qui avaient marqué le début de l’été.
Un garçon de brasserie arriva, noir et blanc, plateau d’alu et poche tintant de petite monnaie. Martin commanda un soda et sortit son livre et son paquet de cigarettes.
Le serveur revint, portant sur son plateau un verre à limonade à demi rempli de glaçons, avec une rondelle de citron et une paille, ainsi qu’une bouteille du soda demandé qu’il décapsula d’un geste expert.
« Sans citron, s’il vous plait », dit Martin.
Le serveur attrapa le verre et vida son contenu, d’un mouvement sec du poignet, sur le plateau. Les glaçons roulèrent et heurtèrent les bords relevés du disque d’alu. Le type décocha un grand sourire en posant le verre vide sur la table et ajouta : « Le coca est bien frais ».
Martin se sentit rougir jusqu’au front. Il se sentait toujours très mal à l’aise dans ces situations. Pris au dépourvu par ce qu’il ne savait jamais identifier comme de l’humour sincère ou de la colère travestie par l’ironie.

Le coca était tiède.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>